La Chapelle du domaine viticole: un site classé

Notre domaine viticole n’est pas seulement un lieu de production de vin de Provence, le Château renferme tout un ensemble de trésors historiques et architecturaux liés à l’histoire de la région. La Chapelle Sainte Roseline en est le fleuron.

La Chapelle Communale de Sainte Roseline

Véritable œuvre d’art, ce lieu de recueillement est avant tout un lieu de culte renommé. Elle abrite toujours depuis 1329 le corps de la Sainte vénérée qui repose, en habits sacerdotaux, dans une châsse en cristal.

De grands artistes l’ont célébré : Marc CHAGALL par une remarquable mosaïque représentant le repas des Anges, Jean BAZAINE et Raoul UBAC par leurs vitraux flamboyants, Diego GIACOMETTI par un bas-relief et un lutrin de bronze (don de Marguerite MAEGHT en1976). Un retable, de l’école de Bréa, représente Sainte Roseline, le marquis et la marquise de Villeneuve, ses parents, dans une scène de nativité.

La chapelle communale est ouverte au public toute l’année les après-midi sauf le lundi.

Des fidèles du monde entier s’y retrouvent plusieurs fois par an pour les pèlerinages dont les plus importants sont les 17 janvier, fête de Sainte Roseline et le premier dimanche d’Août.

Roseline, ou le miracle de le rose

Née en janvier 1263, fille du marquis de Villeneuve, seigneur des Arcs, Roseline est empreinte de générosité. Lors d’une famine causée par un hiver rigoureux, pour venir en aide aux malheureux, Roseline vide en cachette les réserves familiales. Surprise par son père les vivres seront transformés  par miracle, en une éclatante brassée de roses ! Mère prieure de l’Abbaye de la Celle Roubaud devient de 1300 à 1328, elle meurt le 17 janvier 1329. Exhumé cinq ans après sa mort, son corps est retrouvé intact et ses yeux aussi vifs et brillants que si elle était en vie. Le miracle de la conservation des yeux de Sainte Roseline est constaté sur ordre du roi en 1660 par le médecin personnel de Louis XIV. Mis dans une châsse de cristal, le corps de Sainte Roseline ne sera embaumé qu’en 1894, près de six siècles après sa mort. Très pieuse, elle fut canonisée et son corps repose toujours sous une châsse de cristal, exposé au public dans la chapelle communale devenue aujourd’hui un lieu de culte renommé. Ex-voto, fleurs et photos s’amoncellent toujours au pied des reliques de la sainte.

Les commentaires sont fermés.